Pornographie, Sexualité, Violences Sexuelles

LA PORNOCRATIE GOUVERNE LA SEXUALITÉ DES ADOS

On savait déjà qu’on vivait dans une société hyper-sexualisée, loin de moi l’idée de revenir vous assommer à coup d’exemples publicitaires et de clips vidéos. Seulement, une étude de l’IFOP vient de sortir, et elle nous montre l’évolution de la consommation des films X chez les jeunes. Les chiffres sont assez effarants.

 

Cette étude nous montre que presque la moitié des jeunes interrogés pensent que le fait d’avoir regardé des films pornographiques assez jeune à eu un impact direct sur leur manière d’aborder leurs vies sexuelles.

Alors on s’interroge et surtout lorsque l’on voit que les filles ne sont pas en reste dans ce qui concerne le visionnage de films X. D’ailleurs, la plupart affirment y avoir été initiées par des amis ou des petits amis.

Bien que les chiffres soient moindres chez les filles, on note que l’addiction se crée de la même manière puisque 2% affirment visionner 1 film pornographique par semaine contre 10% chez les garçons.

Ces scènes, les jeunes sont amenés à les reproduire dans la vie réelle, dans leur propre sexualité :

Je vous propose de croiser cette étude avec une interview d’Ovidie, ancienne réalisatrice de films X qui parle justement des « évolutions » des pratiques sexuelles dans les films pornographiques. Cette dernière parle de pratiques beaucoup plus violentes qui sont dues à la demande du marché. Eh bien oui, car plus on regarde de films pornographiques, plus les addictions se créent mais également plus nous nous lassons des « pratiques normales » pour vouloir ressentir toujours plus de désir et d’excitation.

Seulement, ce que les adolescents voient, ce sont des actrices qui bien souvent simulent le plaisir car il s’agit avant tout de leur métier. Et ils ne savent pas que beaucoup subissent des violences et parfois même des viols sur leurs lieux de tournages.

Ce qui est également effarant, c’est le nombre de jeunes qui disent être tombés par hasard sur des images pornographiques.

 

Et beaucoup d’entre eux disent avoir, la 1ère fois, eu ce 1er contact en surfant sur le web, de leur ordinateur ou de leur smartphone.

Cette étude en définitive nous éveille quant à la société dans laquelle nous vivons. Si les adolescents sont de plus en plus déconstruits dans leur manière de vivre leur sexualité, ils le seront également dans leur manière de vivre leurs relations de couple et de construire leurs familles.

Notre société nous parle de libération sexuelle, mais dans ce monde hyper-sexualisé nous sentons-nous plus libres? Nous sommes toujours plus poussés à répondre à des codes, à des exigences de société qui nous enferment et nous font nous éloigner de la réelle liberté que nous cherchons : celle d’être acceptés tels que nous sommes pour ce que nous sommes. Celle qui nous permet de faire ce qu’on a envie de faire sans être contraints et forcés de répondre aux exigences des uns et aux fantasmes des autres.

Aujourd’hui nous le savons, la pornographie est un véritable danger pour les jeunes qui devraient être éveillés à la beauté de la sexualité dans le partage et très certainement pas dans l’individualisme.

Pour télécharger toute l’étude de l’IFOP :

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *