Pornographie

PORNOGRAPHIE : À QUEL MOMENT J’EN PARLE À MES ENFANTS?

Dès 12 ans environ 35 % des enfants ont eu accès en France à la pornographie. Le sexe a toujours intrigué les êtres humains mais depuis les années 90, l’accès y est complètement chamboulé. Aujourd’hui, on voit bien le changement opéré par internet. D’ailleurs, le mot le plus cherché sur Google est “sex”. Cela surprend toujours les parents. C’est pourtant la preuve qu’on ne peut pas en nier l’accessibilité.

Ingrid Lebeau, sexologue et formatrice en éducation sexuelle décrypte l’attitude des adolescents vis-à-vis de la pornographie et nous fait part de l’importance du rôle des parents quant à l’éducation sexuelle de leurs enfants.

Il faut selon elle en parler assez vite à l’enfant, aux alentours des 10-11,12 ans car c’est à ces âges-là qu’ils seront susceptibles de tomber et ce même sans le vouloir devant une image, un film pornographique. Sachant qu’aujourd’hui vous ne pourrez rien faire contre l’éducation de la « Cour de récré » dans lesquelles les sujets de conversation sont de plus en plus tournés vers la sexualité.

Déjà lors de mes interventions dans les classes de CM2, des élèves demandent pourquoi ça fait mal de faire l’amour, ou pourquoi les dames crient… Il faut quand même le savoir. C’est du cas par cas. En tant qu’adulte, il ne faut pas laisser le sujet de côté. Il ne faut pas se voiler la face. Au-delà de l’aspect choquant des images, c’est le fait de ne pas savoir comment les interpréter qui va être extrêmement perturbant pour les enfants.

Alors quelle attitude avoir en tant que parent?

Selon Ingrid, interdire à ses enfants de regarder des images ou des films pornographiques serait illusoire. Il faut éduquer, accompagner, poser des mots.

Si les enfants tombent sur ces images-là, ce n’est pas forcément parce qu’ils ont cherché de la pornographie, cependant, le fait d’en voir résulte toujours d’une certaine curiosité.

Il faut expliquer aux enfants que ce qu’ils voient est très éloigné de la réalité et que ça ne correspond pas à la sexualité. Sans paroles d’adulte, il n’y aura pas d’éducation. La pornographie risque de devenir un modèle. Dans leur sexualité, ils seront dans la performance, dans des postures, des changements de position, une violence, une animalisation.

En tant que parent il faut absolument éviter l’humiliation si vous prenez un jour votre enfant en flagrant délit devant un film pornographique. Cette intrusion sera très mal vécue par l’adolescent et pourra avoir des effets et aboutir sur une sexualité frustrée.

Aujourd’hui, les cours d’éducation sexuelle dispensés par les écoles ne permettent pas aux enfants et adolescents de se rendre compte des responsabilités liées à la sexualité. Pour eux, sexualité et grossesse ne font pas paire et c’est bien pour cela qu’il faut leur donner une éducation sexuelle sur mesure qui les mènera à la fois à prendre conscience de l’importance de la sexualité. Mais également à mentaliser qu’une relation sexuelle peut aboutir à une grossesse.

Raison pour laquelle, aujourd’hui ces cours de l’Éducation Nationale ne suffisent plus. Car ces mêmes cours ne permettent pas aux enfants d’apprendre qu’une relation sexuelle est liée à l’amour plutôt qu’au plaisir.

Aujourd’hui, les adolescents vont chercher quoi faire avec leurs partenaires, ils vont sur le net et ont en guise de modèle la pornographie. Certains jeunes ne savent plus comment on fait l’amour. Il y a aussi le risque lié à l’addiction. Aujourd’hui, l’industrie pornographique a mis les bouchées doubles en matière de sensations. On a des supports visuels et auditifs très facilement accessibles qui stimulent très vite et vont provoquer un orgasme quasi-immédiat qui va combler un manque, une recherche d’ivresse.

Ingrid attire également notre attention sur les risques encourus par les adolescentes qui sont plus tournées vers leur soumission aux désirs de l’homme :

Les filles risquent de se couper de leur corps, parfois en se disant « de toute façon il faut faire comme ça ». Dans certains cas, elles vont faire de leur corps un objet, à disposition de l’autre. C’est presque de la prostitution inconsciente. Des filles me disent « je le fais parce qu’il le faut ».

En quoi la théologie du corps peut-elle aider mon enfant?

La théologie du corps nous mène sur le chemin de l’amour. Elle nous permet de voir la sexualité comme faisant partie de l’amour et pas comme une fin en soi. Les formations peuvent être très concrètes et vous apporter des techniques opérationnelles pour parler de sexualité sans honte, sans que cela ne crée de situation gênante car au final ce n’est pas de sex dont vous parlez mais bel et bien d’amour.

Quand on comprend le sex sous le prisme de l’amour, ce dernier prend toute sa beauté et toute sa valeur, raison pour laquelle il sera plus facile pour vous en tant que parent d’éduquer vos enfants à l’attente de cette amour. De lui montrer que les films pornographiques ne feront que salir cette image de la beauté du corps de l’autre et risquerons même de lui créer des addictions et de fausser sa vision de la sexualité.

Quand on y réfléchit à deux fois, on se rend compte que ce n’est pas plus mal en tant que parents d’avoir cette conversation avant l’entrée de son enfant au collège. À 10 ans, il est plus facile d’être entendu en tant que parent. L’accompagnement devra se poursuivre au collège avec des notions bien plus profondes en théologie du corps qui permettront aux adolescents de prendre conscience de la valeur et de la beauté de la sexualité afin de la mentaliser comme la connexion de deux personnes plutôt que de la lier à une recherche personnelle du plaisir.

Bien qu’Ingrid ne conseille pas d’interdire les films pornographiques à vos enfants, nous on vous conseille de mettre en place des programmes de modérations de contenu sur vos ordinateurs et tablettes. Car il est également de notre devoir en tant que parent de veiller à conserver l’innocence et la pureté de nos enfants. Il n’est pas question de ne pas les mettre en garde ou d’élever nos enfants dans des bulles, surtout pas! Mais bel et bien de leur permettre d’évoluer en tant qu’adultes dans les meilleures conditions.

L’important quand on est parents c’est d’apprendre à parler à tous les âges ! Et pour ce faire, il faut se former, pourquoi ne pas vous tourner vers l’Institut de la Théologie du Corps? Et n’oubliez jamais, on ne naît pas parent, on le devient alors les erreurs peuvent arriver mais le tout c’est d’essayer de ne pas les réitérer ! Bon courage on va prier pour vous ! 😘 😘 😘

Previous ArticleNext Article

1 Comment

  1. Le problème c’est que justement, les parents se déchargent trop sur le système scolaire. Ils ne veulent plus assumer leur rôle parental et pour les sujets difficiles s’en remettent à l’avis des instituteurs ou des professeurs. Il est grand temps de former les parents !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *