Santé, Sexualité

LA PILULE CONTRACEPTIVE TUE LES FEMMES, MAIS PERSONNE NE LES AVERTIT DU DANGER

Une jeune femme nouvellement mariée ne savaient pas que chaque jour elle risquait de s’effondrer, d’avoir un accident vasculaire cérébral, une attaque cardiaque et de mourir. Chaque jour, à chaque fois qu’elle avalait sa pilule contraceptive. Tragiquement, elle n’avait aucune idée du danger. Même le personnel médical pensait que ses symptômes n’étaient pas importants, et étaient dus à la déshydratation. Ils ne lui ont jamais dit que cela pouvait être sa contraception qui provoquait des caillots sanguins.

Elle s’appelait Kate. Elle était une femme d’affaires de 28 ans dont l’histoire est racontée dans « Ce que chaque femme a besoin de savoir sur les caillots de sang» publié sur le site Web « Stop the Clot » de l’Alliance nationale du caillot de sang. Les symptômes de Kate ont commencé alors qu’elle était à Hawaï lors de sa lune de miel. Elle a souffert de douleurs dans son mollet qui étaient si intenses que ça la réveillait la nuit. Kate se rend chez un chirurgien orthopédique, qui a ordonne des scans, et ne trouvant aucun problème décide de la renvoyer chez elle. Sept mois plus tard, elle s’évanouie dans un aéroport après un vol. Le personnel médical a déclare qu’elle était déshydratée.

Complètement inconnue pour elle, Kate avait développé une thrombose veineuse profonde au niveau de son mollet. De là, des caillots de sang ont commencé à se détacher et à aller dans ses poumons. Ces caillots de sang dans les poumons, appelés embolies pulmonaires, «peuvent être mortels et dans 10 à 15 % des cas, provoquer une mort subite», selon le Dr Jack Ansell. Le docteur Ansell est un hématologue et membre du Conseil consultatif médical et scientifique de l’Alliance nationale des caillots de sang. Le site Web de l’Alliance poursuit en citant le Dr Ansell :

« Le premier signe d’un PE peut être la mort ».

Grâce à la mère de Kate, une infirmière, a suggéré qu’elle pouvait avoir une embolie pulmonaire. Kate a obtenu de l’aide et elle n’est pas morte. Elle a réussi à s’en rendre compte avant que cela ne l’ait tué. Beaucoup d’autres femmes ne sont pas si chanceuses et décèdent avant de connaître la vérité.

La vérité est que « le risque relatif de thrombose chez les patients qui prennent des COC [contraceptifs oraux combinés] est trois à cinq fois plus élevé par rapport à celui des non-consommateurs. » La thrombose signifie des caillots sanguins pouvant entraîner:

  • un AVC,
  • une crise cardiaque,
  • la cécité,
  • des lésions cérébrales,
  • la mort

Pourtant, les femmes ne sont pas mises en garde sur le risque de caillots de sang avec leur pilule bourrée d’hormones stéroïdiennes et continuent de la prendre tous les jours. C’est une véritable tromperie et on peut parler de négligence sérieuses et insensée de la part des gynécologues qui la conseillent à des filles de plus en plus jeunes pour n’importe quelle raison (douleurs de règles, problèmes de peau, prévision des 1ers rapports sexuels etc.).

Selon un rapport de la Société de radiodiffusion canadienne en juin 2013, le fabricant de pilules contraceptives Bayer a versé plus d’1 milliard de dollars pour régler des milliers de poursuites causées par la pilule aux États-Unis. Ces établissements étaient tous liés à deux laboratoires de pilules contraceptives mini-dosées, Yaz et Yasmin. Parallèlement, une enquête de la SRC a révélé que les pharmaciens soupçonnaient que les décès de 23 femmes canadiennes étaient dus à ces deux mêmes pilules.

Miranda Scott, âgée de 18 ans, s’entrainait en cours de gymnastique à l’Université de la British Columbia Gym quand elle s’est effondrée brutalement en arrière et est décédée. Son autopsie a montré qu’elle est morte en raison de la présence de caillots de sang dans son corps. Elle prenait la pilule Yasmin au moment de sa mort. Sa mère fait maintenant partie d’un recours collectif canadien contre le fabricant de médicaments, au même titre que plusieurs centaines de membres qui ont pu constater chez les femmes de leur famille les résultats néfastes de la pilule, provocant bien souvent des décès.

Pourtant, même si le laboratoire Bayer verse des indemnités énormes à ce type de familles, les portes parole continuent d’exprimer leur « confiance » dans leur produits contraceptifs.

Même Elizabeth Kissling, écrivant pour le magazine féministe radical « Mme », est troublée par la dissimulation et le manque d’éducation et de dépistage que les femmes reçoivent avant qu’on leur prescrive la pilule.

« Aujourd’hui . . . Les jeunes femmes sont en train de mourir par la faute de moyens contraceptifs qui étaient censés les aider. Des milliers de femmes subissent des effets secondaires mortels, destructeurs de la santé. Comme la cécité, la dépression et l’embolie pulmonaire », a déclaré Kissling, citant des récits de jeunes femmes qui ont subi toutes ces conséquences.

Elle parle du premier cas publié sur xojane.com, qui a souligné cette citation choquante par une jeune femme qui est presque morte d’une embolie pulmonaire causée par sa pilule contraceptive.

« N’est-ce pas bizarre? »[La jeune femme a demandé aux médecins de l’hôpital}. Ils ont secoué la tête et m’ont informé qu’ils voyaient régulièrement ce genre de cas. Des jeunes femmes en bonne santé avec des caillots de sang, presque tous causés par des moyens contraceptifs « .

Au milieu des contradictions et des mensonges; Et au milieu des nombreux décès de femmes. Les médecins continuent de prescrire la pilule en disant aux femmes que les moyens contraceptifs sont parfaitement sécurisés si elles ne fument pas. Les médecins des urgences disent aux femmes qu’ils « rencontrent régulièrement des jeunes femmes en bonne santé avec des caillots de sang, presque tous causés par un moyen de contraception». Des milliards de dollars sont payés par les compagnies pharmaceutiques pour régler les procès, alors qu’ils disent qu’ils restent sûrs de leurs pilules contraceptives.

Aujourd’hui, les enjeux financiers sont énormes lorsque l’on parle des médicaments. Nous ne pouvons plus être sûrs du discours de nos médecins et de nos pharmaciens qui rencontrent régulièrement des commerciaux, envoyés par des laboratoires pharmaceutiques pour réaliser des présentations de produits. Certains médecins sont mêmes payés pour devenir des « médecins référents » de ces laboratoires, (appelés KOL par les laboratoires pour signifier qu’il s’agit de leurs experts). Ces mêmes médecins ne reçoivent que très peu d’informations concernant les médicaments dont il feront après la promotion auprès de leurs patients. Une brochure, une application « ADV du produit » (Aide De Vente laissé par le commercial au médecin).

Les ententes de ce genre sont nombreuses, et c’est la raison pour laquelle, lorsque vous vous retrouvez chez le médecin. Ce dernier peut changer votre traitement habituel par un autre traitement qui sera basé sur une liste de médicaments « partenaires » au sujet desquels le médecin aura signé un accord commercial avec le laboratoire en question. Et je vous passe les commentaires sur les pharmaciens qui, sans que vous n’ayez demandé quoi que ce soit, remplacent vos médicaments par des génériques au moment de l’achat, car eux aussi, ont des partenariats avec des laboratoires pharmaceutiques. N’oublions pas qu’il s’agit de faire « tourner la boutique ».

Des laboratoires pharmaceutiques qui vendent des médicaments très dangereux, des médecins et des pharmaciens qui pratiquent des ententes commerciales pour établir quelle sera votre prescription. Vers qui peut on se tourner? J’ai tendance à penser qu’il faut que chacun se renseigne et soit bien vigilant concernant les médicaments qu’il est censé ingérer. Avoir un maximum d’informations pour aller ensuite en parler à un professionnelde santé qui lui, sera plus objectifs, comme le personnel des urgences des hôpitaux.

Mais dorénavant, il va falloir multiplier les avis pour pouvoir tirer le vrai du faux avant de pouvoir prendre n’importe quelles molécules qui pourraient avoir des effets dévastateurs sur notre santé. Raison pour laquelle, il faut prendre le moins possible de médicaments. Et pour ce qui est de la pilule contraceptive, je ne la conseille vraiment à personne au vu des trop nombreux risques encourus à la prendre.

Si vous souhaitez un témoignage d’une jeune femme qui a décidé après plusieurs recherches d’arrêter la pilule et qui vous explique son parcours. Nous vous conseillons de lire le témoignage de la blogueuse Bonheur au naturel que vous trouverez ici.

 

Previous ArticleNext Article

1 Comment

  1. Nan mais entre la pilule pleine de cochonneries, les tampons plein de produits chimiques et le reste on veut tuer les femmes ou quoi ??!!! Moi je vais plus rien prendre et comme ça basta ça fera des sou en + !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *