SOCIETAL

LA GPA : UN CRIME CONTRE LA FEMME ET L’ENFANT

En Inde, on paye 6000€ en moyenne pour bénéficier de mères porteuses et le contrat est clairement établi : les femmes doivent déjà avoir eu un enfant et doivent être financièrement dans le besoin.

C’est étrange de demander de tels critères quand des mouvements comme le LGBTQ tente de faire apparaître la GPA comme une véritable libération pour la femme. Car si c’était vraiment le cas, et dans un but « entièrement solidaire » de femmes à femmes, l’argent ne serait pas un enjeu?

Ces femmes vivent en fait dans une très grande pauvreté et le principal argument qu’utilisent les cliniques qui pratiquent la GPA est le suivant :

Pensez à l’éducation que vous allez pouvoir donner à vos enfants avec tout cet argent. Vous procurerez un très grand bonheur à une mère stérile qui elle vous permettra en retour d’apporter le meilleur à vos enfants.

C’est de la manipulation : on se sert du désespoir et de la pauvreté des gens pour en obtenir des choses immorales, pour satisfaire les classes aisées des pays occidentaux et pour enrichir des cliniques sur le business de la vente des enfants.

Ce n’est pas anodin que de telles cliniques apparaissent dans des pays défavorisés et où les normes sont moindres comme en Inde, en Thaïlande ou au Mexique.

  • Normes sanitaires
  • Conditions de sécurité (pas de vérification des antécédents judiciaires et de santé des demandeurs d’enfants)

C’est justement un des premiers leviers de manipulation utilisés par le mouvement LGBTQ. Celui de faire croire aux occidentaux qu’il s’agit en fait d’une forme de solidarité envers des femmes stériles, ou des couples qui ne peuvent pas avoir d’enfants. Mais vous allez constater que la réalité est bien différente…

Préjugé n°1 : la mère porteuse serait très contente et ne souffrirait pas de la situation :

Préjugé n’°2 : la GPA serait contrôlée et les enfants ne seraient pas en danger :

Préjugé n°3 : La GPA serait une véritable libération pour la femme #Pierre Bergé :

Vous l’aurez compris, la GPA est déjà permise dans des pays où le taux de pauvreté est très élevé. Ne laissant pas d’autres choix aux femmes que celui de devenir « mères porteuses » pour pouvoir nourrir leurs familles et éduquer leurs enfants.

Les dérives de la GPA existent aussi. De l’abandon des bébés, qui au final, ne répondent pas aux critères de choix des familles en demande à celui de la pédophilie organisée, se seront des générations d’enfants sacrifiés et traumatisés.

La GPA devrait être interdite dans TOUS les pays du monde. Il s’agit d’un crime contre la femme mais également contre l’enfant. Les personnes qui partent seules d’un pays et reviennent avec un enfant devraient subir un contrôle. Et si l’enfant provient d’une GPA, il devrait être remis à sa mère biologique. La personne ayant payé pour avoir cet enfant devrait être lourdement sanctionnée pour cet acte et devrait également fournir à la mère biologique une pension alimentaire jusqu’à la fin des études de l’enfant en question.

 

Previous ArticleNext Article

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *