SOCIETAL

JUST A BABY – LE TINDER POUR FAIRE DES ENFANTS

Glisser à droite pour un… donneur de sperme ? Un donneur d’œufs ? Faites correspondre un donneur local ou un possible co-parent ? La nouvelle application Just A Baby est un véritable Tinder pour les stéroïdes prénataux. Son but est de rassembler les gens uniquement en fonction de leur désir de faire un bébé.

Développé par deux Australiens – Paul Ryan et Gerard Edwards – Just A Baby vient d’être lancé aux U.K. et aux États-Unis lundi, faisant suite à un lancement préalable à Sydney.

« Nous avons eu une bonne réponse, environ 3 000 à 4 000 personnes au cours des deux derniers mois », a déclaré Ryan à NBC News. « Ils correspondent et partagent d’excellentes histoires sur le démarrage des familles ».

Les utilisateurs remplissent un «profil biologique» sur l’application, citant ce dont ils ont besoin ou ce qu’ils peuvent fournir, qu’il s’agisse de dons de sperme ou d’oeufs, de la maternité de substitution, de co-parentalité. Vous pouvez trouver des personnes localement, car l’application est activée par GPS, mais vous pouvez également faire un zoom arrière et obtenir une vue globale de ce qui se passe.

Une application volontairement «agnostique», Ryan a déclaré qu’il n’invite pas les utilisateurs à donner des détails sur leur race ou leur type de corps, leur religion, comme une application de rencontre pourrait le permettre.

« Certaines personnes posent la question, de savoir ce qui est bien, mais nous voulons nous éloigner de cet esprit catalogue que vous pouvez ressentir en faisant appel à une banque de sperme », a déclaré Ryan.

« C’est plus chaleureux, plus humain. Une fois que vous commencez à parler avec la communauté et à créer du lien, vous pouvez trouver la bonne personne et aller de l’avant ».

Une soi-disante humanisation de méthodes alternatives

Une mission principale de l’application, comme Ryan le voit, est d’apporter une ambiance agréable et communautaire au monde de la conception biologique non traditionnelle, qui peut souvent être perçue comme cliniquement froide.

Ryan, âgé de 37 ans, a également pensé que cela pourrait répondre à des millenials qui pourraient être moins enclins à s’installer en couple que les générations précédentes, mais veulent toujours faire l’expérience de la parentalité, quel que soit le statut de la relation.

« Les millenials sont souvent dans cet espace transitoire, leurs relations ne durent pas aussi longtemps, et ils abandonnent l’idée d’avoir des enfants », a déclaré Ryan.

« J’ai remarqué tant d’inquiétudes parmi mes amis, et je me suis demandé : « Pourquoi ne pas se débarrasser de la stigmatisation , essayer des approches alternatives et faire une application? »

Just A Baby est né de cette réflexion. Elle est gratuite dans son installation comme dans son utilisation, son business model est, «en cours de développement», selon Ryan qui a pour objectif principal de lancer l’application dans le monde entier.

Les problèmes de cette application

Ryan rappelle rapidement que si deux parties projettent d’avoir un enfant grâce à cette application, elles devraient s’assurer que tous les moyens juridiques et médicaux soient effectifs pour que l’arrangement soit établi dans les conditions les plus saines. Bien que cela soit fortement recommandé, l’application ne fournit aucun de ces services, de sorte que les gens sont livrés à eux-mêmes.

Il faut se demander si cette application ne pourrait pas conduire à de mauvaises situations – comme, le film Lifetime en annonce les prémices. Toute application sociale peut attirer des psychopathes – et, pendant des années, de nombreuses personnes ont évité de faire des rencontres sur le web de peur que M. Perfect en ligne ne se transforme en M. Serial Killer dans la vie réelle. Et ces peurs pourraient persister avec Just a Baby. Des personnes mal intentionnées pourraient en profiter et mettre votre vie en danger.

UNE CONFIANCE AVEUGLE QUI METTRA EN DANGER LA VIE ET LE BIEN ÊTRE DE L’ENFANT

Il est  craindre que par ignorance, ou que par la dématérialisation de cette mise en relation, les gens développent un sentiment de confiance. Sans garder à l’esprit le fait qu’ils ne connaissent pas du tout la personne qui leur fait face. Faire un enfant avec une personne c’est garder cette personne à vie dans son entourage. C’est partager les responsabilités qui incombent aux deux parents dans le cadre du développement de l’enfant. Dans le cadre de son éducation comme dans la prise en charge de sa santé physique et mentale. Le rôle des deux parents est primordial dans la vie de l’enfant et spécialement lorsque ce dernier souffre de fragilités.

Ex: qu’adviendra-t-il si l’enfant souffre d’un problème congénital et ait besoin d’un don d’organe ou de moelle épinière de la part d’un de ses deux parents si ces derniers ne sont plus en contact?

LE MANQUE D’AMOUR EN FAVEUR DE LA POSSESSION

De manière moindre, l’application peut également apporter de nombreuses déceptions : vous rencontrez une personne qui finalement ne veut pas de vous pour faire son enfant parce que vous ne correspondez pas à toutes ses attentes. Vous pensiez éviter l’esprit catalogue des sites de mise en relation avec une mère porteuse ou un donneur de sperme et finalement vous commencez à souffrir de ce manque d’amour. Tout ce que l’autre veut de vous, ce sont vos cellules car elles correspondent à une image mentale que l’autre s’est créée pour obtenir son « bébé parfait ». Et si vous vous voyez refuser ce « contrat » qu’elle image aurez-vous de vous? « Je n’étais pas assez bien pour cette personne »? Surtout si ces refus se démultiplient.

Pour la co-parentalité, si vous tombez sur une personne fragile ou dangereuse et que vous avez signé des documents légaux pour le partage des droits sur votre enfants, imaginez-vous les conséquences. Regarder son enfant partir avec une personne « étrangère » en vous rendant compte que vous mettez votre enfant en danger et que vous ne pouvez rien faire.

Le simple nom de l’application semble suggérer que le fait d’avoir un bébé n’est vraiment pas quelque chose de compliqué. C’est « juste un bébé », rien de plus. On rentre dans l’ère de la consommation : faites un bébé pour VOUS faire plaisir.

Mais faire un bébé n’est pas aussi simple, sinon pourquoi autant de couple attendraient d’être vraiment sûrs de leurs partenaires pour pouvoir en faire un? On ne fait pas un enfant pour se faire plaisir, on en fait un au moment où on sent qu’on a les épaules pour s’oublier dans sa vie pour se consacrer entièrement à son enfant.

Mais projeter d’avoir un bébé, c’est tout sauf simple. Si l’on considère que la vie pour soi, on la met entre parenthèses ou la vie à deux, avec ses moments de complicité si particuliers, on les oubli aussi. Pour se consacrer à ce petit être qui vient tout bouleverser et nous grignoter notre temps. Mais en retour, quel cadeau ! Voilà pourquoi autant de couples attendent le bon partenaire et le moment idéal, sentimentalement et financièrement, pour accueillir cet amour inconditionnel dont nous bénéficierons pour le reste de notre vie.

« Just Baby » peut évoquer « Just a moment » expression qui suggère que la décision et la création d’un enfant ne vous prendra que quelques secondes ou encore « c’est juste un bébé! » qui peut suggérer : « ne vous prenez plus la tête, la solution existe près de chez vous ».

« Il n’y a rien de tel qu’un bébé », a déclaré le docteur Aimee Eyvazzadeh, un spécialiste de la fertilité. « Selon mon point de vue, la grossesse est le voyage le plus important dans la vie de quelqu’un ».

Et alors que Just A Baby pourrait rendre la procréation plus réalisable pour les personnes qui ont besoin d’aide à ce sujet, ce réseau communautaire chaleureux pourrait rendre les choses plus compliquées que souhaitées.

« Lorsque vous traitez avec des êtres humains, vous traitez avec leurs familles élargies et les futures familles possibles, et la dynamique de relation s’implique », a déclaré Eyvazzadeh.

Et l’expert en relations amoureuses April Masini se demande si cette application ne va pas ouvrir la voie à plus de situations juridiques cauchemardesques.

Nancy Koenig, coach de rencontres, souligne que les désaccords sur les applications de rencontres sont beaucoup plus fréquents que les histoires réussies.

« Si ces mêmes statistiques s’appliquent aux matchs co-parentaux, j’espère que la prochaine application que ces gars développeront permettra de relier ces enfants à leurs thérapeutes idéaux ».

Cette application facilite une ouverture officielle de la GPA/PMA, peu importe qui vous êtes, peu importe votre sexualité, vous pouvez télécharger gratuitement l’application pour faire des enfants et devenir parents. Aucun contrôle de l’Etat pour réguler les demandes, pour contrôler ces « transactions humaines ».

L’enfant se pose déjà pas mal de question lorsqu’il est au centre de familles unies. Dès l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur, le besoin de rechercher sa « nouvelle place » au sein de la famille se fait ressentir. L’enfant a besoin de sentir qu’il est le fruit de l’amour de ses deux parents pour construire son équilibre et c’est notamment un des principaux traumatismes que les psychologues déterminent chez un enfant dont les parents auraient divorcés. Car l’enfant n’a  plus le sentiment d’être le fruit de l’amour de ses parents mais bel et bien le fruit de leurs problèmes. Si l’enfant en outre élevé par des parents du même sexe en vient à poser la question du « qui est ma mère? », qu’est- ce que les deux pères vont répondre?

C’est compliqué car ta mère génétique vient des Etats-Unis (celle qui auraient donné ses ovules) et la femme qui t’a porté pendant 9 mois se trouve en Inde (mère porteuse)?

Comment ce double abandon va-t-il être vécu par l’enfant qui aura été le fruit d’une production en chaîne? Où est la place de l’amour, et de surcroît d’un amour maternel nécessaire au développement émotionnel de cet enfant?

Et que dire de la perturbation de l’enfant dont l’un des deux parents seraient à l’origine de la création de plusieurs enfants dans les mêmes conditions? L’enfant ne se dira pas « c’est génial, mon papa a aidé plusieurs femmes à avoir des bébés » mais bel et bien « je dois partager mon père avec 5-6 autres enfants? M’a-t-il fait par amour pour avoir voulu autant d’enfants? Je ne lui suffisais pas? ».

Cette application va ouvrir à un maximum de dérives dans le monde entier et créer énormément d’enfants qui vont être abandonnés. On ne peut pas avoir la mentalité de construire une famille en utilisant ce genre d’application sans que cela ne représente une volonté purement égoïste du « je veux un enfant ». Et cette même volonté va aboutir sur quel genre d’actes si tout d’un coup vous n’en voulez plus? En tant que consommateur du monde moderne? Retrouvera-t-on des enfants au bord des routes de la même manière que l’on retrouve des animaux de compagnie?

Encore une fois, ce qui alerte, c’est la capacité à ne pas penser au bien être de l’enfant, qui grandira AU MIEUX, dans une famille éclatée. Ce choix-là aura décidé sciemment avant même sa création par des personnes qui privilégient leur satisfaction personnelle avant tout.

Cette application est dangereuse par le fait qu’elle répond aux besoins de personnes (les MILLENIALS) qui ne cherchent plus à faire d’efforts comme l’exige la vie en couple. Oui, il y a des concessions à faire mais elles doivent être faites de part et d’autre. Elles nous grandissent parce qu’elles nous obligent à nous dépasser pour le bien commun. Cette application donne aussi le sentiment qu’il est légitime de désirer et d’obtenir immédiatement ce que l’on a désiré. Alors qu’il faut désirer, bien sûr, avoir un enfant mais réfléchir avec qui partager cette responsabilité. Quelles valeurs transmettre à cet enfant. Quelle vie voulons nous lui offrir? Dans tous les cas, la plus équilibrée possible dans un foyer stable et aimant. Car un couple de parents stable est un réel exemple pour l’enfant. Il s’agit d’un guide qui l’aidera à positionner les bonnes relations des mauvaises dans le cadre de sa construction à l’adolescence.

Cette application ne permettra pas aux parents de se rendre compte de l’importance d’un couple et de la beauté d’une famille. Ils se voient comme des objets et essayent de voir d’une manière scientifique ce qu’ils pourraient s’apporter dans le but de créer « la progéniture parfaite ». Car si Just a Baby ne veut pas se faire passer pour un catalogue de banque de sperme, c’est bien en tant quel tel que ses utilisateurs se servent de cette application.

Previous ArticleNext Article

1 Comment

  1. C’est inquiétant de permettre à de telles personnes de créer ce genre d’applications. La GPA n’est pas permise en France mais qu’adviendra-t-il si ce genre d’application arrive?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *